Foundation projects

A-Freak-A

A-Freak-A

L'association A-freak-A (Ambittious freak Association) travaille au Sénégal avec deux coopératives choisies pour leur exemplarité et l'espoir qu’ils incarnent dans leur travail au quotidien. Elles envisagent l'activité artisanale comme levier de développement dans un modèle où l'économie est au service des hommes et de la nature. A Ndem, village du Sahel, L’enjeu est de redynamiser le village. A Mbao, village de pêcheurs dans la banlieue de Dakar, il faut former des jeunes déscolarisés en leur assurant une formation professionnelle.

Projet 2012 de renforcement de compétences en création textile

En janvier dernier, A-freak-A a initié un grand projet de coopération solidaire avec ces deux coopératives en mettant en œuvre un programme de formation soutenu par la région Aquitaine. L'objectif est d'encourager la création textile au sein de ces structures afin qu'elles puissent à termes développer leur propre collection de manière autonome. Une vingtaine d'hommes et de femmes ont été sélectionnés au sein des coopératives pour suivre une formation commune de renforcement de compétences sur deux volets : le design et stylisme ainsi que la teinture naturelle.

Un partenariat créatif pour assurer la première session

A-freakA s'est tourné vers Quiksilver pour ce projet afin de mettre à profit le savoir-faire et la créativité de l’entreprise au service des coopératives. La Quiksilver Foundation a spécialement dépêché la directrice artistique de Roxy, Valérie Thévenot, pour orchestrer l'équipe de design pendant qu'Ibrahima Ndoye, ingénieur chimiste du textile, testait avec l'équipe de teinture de nouveaux pigments naturels pour élargir le panel de nuances disponibles. La générosité et l'enthousiasme des participants ont permis d'atteindre les objectifs de cette première session qui était de créer une ligne originale par les artisans eux-mêmes sous la supervision de spécialistes.

Des visiteurs de marque

Les ambassadeurs de la fondation Quiksilver (Stephanie Gilmore, Tom Frager, Alain Riou) ont fait l'honneur aux stagiaires de leur visite. Ils ont découvert le travail réalisé lors de la première des deux semaines de formation en visitant les ateliers de Mbao. Ils étaient emballés par l'originalité des créations et impressionnés de voir toutes les couleurs produites à partir de racines, de feuilles ou d'argile.

Des passerelles qui rassemblent

Ce projet fut l'occasion de bâtir des passerelles entre des personnes et des initiatives que rien ne semble rapprocher: industrie du surf et artisanat africain, coopérative rurale et coopérative urbaine, sportifs internationaux et artistes tailleurs locaux, mode et solidarité… et pourtant l'expérience montre qu'en dépit de toutes ces différences tout cela fait de magnifiques étincelles.

La suite au printemps

Ces passerelles sont les prémices du projet, la suite doit permettre de concrétiser ces créations en échantillons et d'entamer le volet de modernisation des coopératives. Il faudra maintenant équiper les ateliers de couture avec des machines à coudre électriques, plus performantes que les machines à pédale, et les ateliers de teinture de systèmes de récupération d'eau de pluie et de recyclage des eaux usées afin d'économiser cette ressource qui est particulièrement précieuse dans cette zone aride de l'Afrique.

Restez alerte pour voir jusqu'où mèneront ces passerelles...